connexion

Veilleconstruction.be

Vous êtes ici : Accueil // Construction Durable // Impacts métiers // L’importation de métiers français en Belgique ? (1/3)

L’importation de métiers français en Belgique ? (1/3)

Coutier_en_travauxCourtier en travaux, diagnostiqueur immobilier, ingénieur en Intelligence du bâtiment ou encore régulateur d'énergie, en avez-vous déjà entendu parler ?

Si le régulateur d'énergie reste encore une projection liée aux Smart Grids, les autres profils sont bien tangibles, métiers de conseil et/ou de transersalité.

 

Le courtier en travaux 

Actif dans la rénovation, en France, le courtier en travaux peut être considéré comme un conseiller, intermédiaire indépendant entre le maître de l’ouvrage et les artisans/entreprises. Il recherche pour son client, le maître de l’ouvrage, la ou les entreprises capables de réaliser au mieux ses travaux : rédaction d’un cahier des charges, recherche d’entrepreneurs sérieux techniquement et financièrement, collecte des devis, ...). 

Cette profession apparue depuis 10 ans environ a sa fédération qui travaille à la reconnaissance d’un statut juridique. Le nombre de courtiers, estimé à +/- 500 en 2010, est fort probablement appelé à évoluer surtout sous l’impact du Grenelle de l’environnement et de la Réglementation thermique. 

En Belgique, quelques recherches dans des annuaires montrent que la profession existe aussi. La situation est cependant plus délicate. Les missions d’un courtier en travaux sont celles d’un architecte dont le titre est protégé par la loi. En-dehors du recours obligatoire à un architecte, la PEB et la rénovation du parc immobilier n'offrent-elles pas pourtant un terrain d'action suffisamment vaste pour ces deux métiers ? Un débouché possible pour les techniciens de chantier ? 

 

 

 

 

 

 

Changement de bord :  

 

Toujours au niveau du conseil lié à la nouvelle réglementation thermique (RT), mais au sein de l'entreprise, à noter également une formation ciblée ‘ rénovation-énergie’ :

la licence professionnelle en rénovation énergétique

(480 heures en alternance, contrat ou période de professionnalisation)

« Outre un module de mise à niveau dans les domaines de la construction ou de la thermique, elle comprend des modules de connaissances techniques sur les systèmes constructifs du bâti ancien, la thermique du bâtiment, la règlementation et les labels thermiques, les matériaux de construction et les systèmes et équipements et techniques. »3 

Cette licence vise à la formation de coordonnateurs de travaux dans le cadre de l'offre globale que pourraient offrir les entreprises tentées par les nouveaux marchés liés à la rénovation énergétique des bâtiments. Ces coordonnateurs seront appelés à travailler prioritairement dans les entreprises titulaires de la marques « Les Pros de la performance énergétique® ».

(à suivre)

 

Sources : 

  1.  « Le courtage en travaux, un métier en quête de reconnaissance », 04/05/2010, www.batiactu.com, suite à au courriel Batiactu du mercredi 5/05/2010 2:52
  2.  « Fiche pratique : Courtiers en travaux - Besoin d’un artisan ? Pensez au courtier en travaux », 05/06/2009, www.partenaire-europeen.fr, consultation le 25/02/11
  3. « Nouvelle licence professionnelle en rénovation énergétique », Par la rédaction - Lundi 16/05/2011, www.performance-energetique.lebatiment.fr, consultation le 23/05/11

Pour poster un commentaire, n'oubliez pas de vous connecter

Actualités

pave-rapport de veille femme construction

Suivez notre magazine Flipboard

Je m'abonne à la newsletter

Rapports de veille

pave-construction-durable-frasnes-forem

paroles d'e-veilleurs

Restez au courant, c'est pas demain la veille