Quoi de neuf chez le plafonneur ?

Bandeau-parole-eveilleurs-texte

Photo du formateur plafonneur/cimentier du Forem de Châtelineau
Pouvez-vous m'expliquer votre parcours professionnel ?

J'ai fait des études en comptabilité. Ensuite, vu les difficultés pour trouver du boulot, j'ai travaillé comme manœuvre en maçonnerie. J'ai souvent changé de sociétés pour pouvoir évoluer en maçonnerie et plafonnage.

Jusqu'au jour où je me suis senti assez mûr pour me lancer en tant qu'indépendant plafonneur. Après 6 ans en tant qu'indépendant, je suis entré comme formateur plafonneur / cimentier au Forem.

Quels sont les évolutions majeures de votre métier ces dernières années ?

 Les évolutions majeures concernent surtout la PEB : isolation, étanchéité à l'air et pas mal de produits écologiques qui sont de plus en plus utilisés tant au niveau des isolants que des enduits.

Comment envisagez-vous l'évolution de votre métier à l'avenir ?

En fonction des nouveaux produits sur le marché, la mise en œuvre est légèrement différente, elle demande un plus gros souci du détail toujours pour l'isolation et l'étanchéité à l'air. Sinon, la technique de base est toujours la même.

Par quel biais êtes-vous informé de ces modifications / nouveautés ?

Par les fournisseurs, internet, différentes formations, les collègues (discussions informelles), ... les informations les plus sûres (formation) sont retransmises aux stagiaires.

Quels sont, à priori, les nouveaux matériaux/nouvelles techniques, lois, ... qui vont changer votre métier ?

Au niveau des lois, il faudra être encore beaucoup plus rigoureux pour la PEB : audits énergétiques, isolation et étanchéité à l'air. Sur chantier, il faut une communication entre tous les corps de métier et les connaître physiquement pour savoir qui passe avant (ex. : menuisier pour membrane d'étanchéité autour des chassis) et après (ex. : chauffagiste). L'idéal est d'avoir un 'coordinateur de chantier' qui ferait le lien entre chaque étape et chaque corps de métier. En ce qui concerne les nouveaux matériaux qui vont être mis sur le marché, à priori, il s'agira de matériaux écologiques ou pas mais toujours liés à la PEB (isolant, membrane pare-vapeur ou frein-vapeur, membrane d'étanchéité autour des châssis, etc.). De manière générale, les anciens outillages ont été adaptés aux nouveaux matériaux mais je ne pense pas vraiment que de nouvelles machines vont révolutionner mon métier, la main du professionnel restera nécessaire.

A votre avis quels sont les sujets qui devraient être veillés de près ?

Tout ce qui est lié à la PEB et l'évolution du métier à tous les niveaux (nouvelles matières d'oeuvre, nouvelles technologies, sécurité, collaboration avec les autres corps de métier, ...).

Quelle incidence a la mise en place des normes PEB dans votre pratique du métier ?

Après une prise de conscience de l'importance de la PEB à tous les niveaux (environnement, économie, ...), mon comportement a changé : plus de rigueur, encore un plus grand souci du détail. Par exemple, au niveau de la pose des membranes d'étanchéité, des nœuds constructifs, de la finition autour des châssis,... Pour ce faire, j'essaie de suivre un maximum de formations pour pouvoir rester à la pointe.

Quel regard portez-vous sur ces évolutions ?

C'est compliqué de faire changer les mentalités mais c'est un passage obligé pour que plus tard ce soit gérable. Maintenant, il est encore temps de le faire mais plus on attend, plus ce sera difficile. Pour les gens qui ont vraiment pris conscience du problème, ça évolue suffisamment bien. Pour les générations précédentes, le changement de mentalité est plus dur à opérer. On a tout ce qu'il faut au niveau matière d'œuvre et technologie pour le faire. Le plus dur c'est vraiment de faire changer la mentalité de l'homme. En tant que formateur, notre rôle est de réussir à enseigner ce qui nous a été transmis, c'est l'effet pyramide ! Les futurs chefs d'équipe et les futurs responsables passent par chez nous, il faut les sensibiliser à l'importance de la PEB.

Comment sensibiliser les employeurs des TPE et les indépendants ?

Je pense que l'aspect financier (rendement) est primordial pour les employeurs des TPE et les indépendants. Beaucoup considèrent les formations PEB comme une perte de temps et c'est dommage. Il faudrait les sensibiliser en leur disant que ça leur permettrait de s'ouvrir à un nouveau marché et de faire un geste pour l'environnement. Il faut enfoncer le clou et trouver des incitants pour motiver les gens à aller en formation. Avec bonne foi et par ignorance, certains vont certainement acheter les bons matériaux mais la mise en œuvre ne sera pas optimale. Ceci dit, même à l'issue d'une formation, il faut pratiquer et être contrôlé pour être sûr de la bonne mise en oeuvre des matériaux ... peut-être que si un entrepreneur était soumis à un test à la fin de travaux d'isolation et d'étanchéité à l'air, les normes PEB seraient certainement mieux respectées !

Envisagez-vous de suivre (ou avez-vous suivi) une formation « PEB » ?

Plusieurs même depuis que je suis rentré au Forem, des formations théoriques et pratiques. J'avoue qu'avant, en tant que petit indépendant, je n'avais pas la tête à m'occuper de ça, je n'avais que le souci financier. Peut-être qu'on a essayé de m'en parler mais qu'on n'a pas utilisé les bons termes et que cela ne m'a pas touché. Maintenant, je suis doublement convaincu par la PEB et par tout ce qui est écologique (fibre de bois, matériau recyclé, ...).