connexion

Veilleconstruction.be

Vous êtes ici : Accueil // Contexte Socio-économique // Evolution du métier vitrier-janvier 2009

Evolution du métier vitrier-janvier 2009

Evolution du métier de vitrier

(Veille technologique-janvier 2009-document de travail du CSTC non définitif)


1.               Description du secteur

 

En Belgique, il y avait en 2007, 644 entreprises spécialisées en vitrerie dont 410 en Flandres, 198 en Wallonie et 33 dans la Région de Bruxelles-Capitale.

 

Il s’agit presque exclusivement de PME de moins de 50 personnes ou de TPE dont l'activité principale est la pose et le remplacement de vitrages.

Ces entreprises peuvent essentiellement être réparties en 3 catégories:

·        les entreprises d’une personne ou les très petites entreprises qui s’occupent surtout de la pose ou du remplacement du simple vitrage et du double vitrage (classique),

·        les moyennes entreprises qui peuvent poser toutes les sortes de vitrage et proposer certaines applications particulières (façades, planchers en verre, …)

·        les grandes entreprises qui non seulement posent les vitrages mais sont aussi des transformateurs de produits verriers.

 

 

2.               Evolution du métier de vitrier

 

Les innovations proposées par les verriers afin d’augmenter les performances du vitrage ont été déterminantes ces dernières années. De nouveaux types de verre ont été développés suite à des exigences de performances de plus en plus sévères. Le verre est ainsi passé de la simple vitre dont le rôle essentiel était d’occulter une baie, au vitrage possédant de multiples propriétés de plus en plus pointues et parfois difficiles à combiner. Les entrepreneurs de vitrerie ne travaillent donc plus uniquement avec du simple vitrage ou du double vitrage classique mais également avec un grand nombre de nouveaux types de verres (verre durci, verre feuilleté, verre profilé, verres à couche, verres « intelligents »,...). Ces produits verriers dérivés représentent une part de plus en plus importante dans l’ensemble de la production des vitrages. La plupart des nouveaux développements proviennent des fabricants et des fournisseurs, qui mettent sur le marché de nouveaux produits et/ou de nouveaux appareillages pour les mettre en œuvre. Les innovations sont en général motivées par l’apparition de nouvelles normes ou d’une nouvelle réglementation (comme p.e. la norme NBN S 23-002 : Vitrerie (2007) et en particulier ses spécifications en matière de sécurité des personnes) ou de nouveaux besoins (confort, isolation thermique accrue des vitrages, développement de vitrages acoustiques plus performants, vitrages de sécurité, …).

 

L’esthétique d’une façade vitrée prend elle aussi toute son importance. C’est ainsi que les façades-rideaux totalement ou partiellement vitrées se sont considérablement développées ces dernières années. Elles peuvent notamment être mises en œuvre selon les techniques du verre extérieur collé (VEC), du verre extérieur attaché (VEA), …

 

Enfin, pour satisfaire aux besoins de transparence et de lumière, les architectes utilisent également de plus en plus le verre comme élément structural. Il se retrouve ainsi dans la réalisation de nombreux ouvrages particuliers tels que les garde-corps, les dalles de plancher et marches d’escalier, les portes, les vitrines, ... Il est mis en œuvre grâce à de nouvelles technologies et bénéficie de l’amélioration des produits qui l’entourent.

 

C’est donc en toute logique que le métier de vitrier a lui aussi fortement évolué et a suivi l'évolution technologique spectaculaire du verre dans le secteur du bâtiment (nouveaux produits, nouvelles technologiques et nouvelles techniques de mise en œuvre).

 

 

3.               Compétences essentielles du métier de vitriers

 

Une connaissance des différents produits verriers existants (verres trempés, verres durcis, verres feuilletés, verres à couches, …), de leurs performances, des applications possibles, de leur mode de mise en œuvre et des différentes règlementations en vigueur est indispensable pour les entrepreneurs de vitrerie.

 

Il y a lieu de distinguer essentiellement 2 niveaux de compétences :

-       les compétences de base qui sont indispensables pour tout entrepreneur en vitrerie (accès à la profession),

-       les compétences particulières qui sont des qualifications supplémentaires nécessaires à la réalisation de travaux « particuliers ».

 

 

3.1           Compétences de base

3.1.1       Connaissances du matériau

 

Le verre ayant connu ces dernières décennies des avancées spectaculaires et la diversité des vitrages disponibles sur le marché ne faisant que croître, le vitrier doit avoir une bonne connaissance des produits les plus couramment utilisés et de leurs caractéristiques. Il pourra ainsi proposer et utiliser le vitrage adéquat pour une application donnée et ce notamment en fonction des différentes prescriptions techniques et/ou cahier des charges.

Du verre de sécurité (verre trempé et verre feuilleté) est par exemple, de plus en plus requis pour la sécurité des occupants. Il s’agira donc de connaître les spécificités de ces matériaux comme leurs performances et fonctions, les règlementations en vigueur, la mise en œuvre de ce type de vitrage …

 

Une connaissance des autres produits couramment utilisés en vitrerie est également indispensable. Il s’agira entre autres :

-       des caractéristiques des matériaux d’étanchéité en fonction de l’application (propriétés mécaniques, compatibilité avec l’environnement, étanchéité, ...),

-       des moyens de protection et de nettoyage du verre, …

 

 

3.1.2       Connaissance de la normalisation et des cahiers des charges

 

Il est essentiel que les entrepreneurs de vitrerie aient un aperçu du contexte normatif et règlementaire dans le domaine du verre (comme les performances en matière de sécurité des personnes de la NBN S 23-002, les performances thermiques du règlement EPR, le marquage CE des produits verriers, les STS, NIT, ATG, …) et des supports techniques existant dans ce domaine (Avis techniques et guidances technologiques du CSTC, services techniques des producteurs de verre, …).

 

 

3.1.3       Sécurité

 

Le verre est de par sa nature un matériau délicat ; il est fragile et coupant. Il est donc indispensable d’avoir une connaissance suffisante du produit, des règles de stockage, de manutention, de protection des travailleurs, de mise en œuvre, … afin d’éviter tout risque d’accident lors de la réalisation d’ouvrages verriers mais également lors de l’utilisation de ces derniers.

 

 

3.1.4       Connaissance des exigences du métier de vitrier

 

Le vitrier doit avoir une connaissance suffisante des exigences du métier afin de pouvoir défendre sa position vis-à-vis de la demande d’un architecte, d’un maître d’ouvrage, … qui ne serait pas toujours au courant de l’ensemble de ces exigences. Il s’agira par exemple de la connaissance des techniques de pose qui devront être confrontées aux options proposées par l’architecte, de la connaissance des documents de référence afin d’en examiner la compatibilité avec les exigences du cahier spécial des charges, …

 

 

3.1.5       Garantie décennale

 

Pour pouvoir octroyer une garantie de 10 ans sur les vitrages posés, il est indispensable que les règles de manutention et de pose dont question ci-dessus soient connues et respectées par le vitrier. Un vitrage mal posé pourrait en effet engendrer des problèmes d’étanchéité à la périphérie des volumes, l’endommagement des espaceurs et/ou du verre, le drainage de la feuillure devra également être assuré, …

 

 

3.2           Compétences particulières

3.2.1       Réalisation d’ouvrages particuliers en verre

 

Il est indispensable que les entrepreneurs spécialisés dans la réalisation de ce type d’ouvrages (façades-rideaux, garde-corps, dalles de plancher, escaliers, …) aient une connaissance suffisante au niveau conception, réalisation et dimensionnement. En particulier, la mise en œuvre des façades-rideaux totalement ou partiellement vitrées nécessite notamment une bonne connaissance des conditions limites appliquées aux produits verriers. Une connaissance approfondie de ces technologies et de la réglementation en vigueur est donc indispensable pour l’entrepreneur qui les propose.

 

 

3.2.2       Dimensionnement

 

Il est également important que les entrepreneurs de vitrerie aient une connaissance des méthodes de dimensionnement des éléments verriers afin de pouvoir avoir un œil critique sur les cahiers des charges et le cas échéant, suggérer des solutions alternatives moins coûteuses et plus réalistes.

 

 

4.               Le Comité Technique « Vitrerie » et la Guidance Technologique Wallonne « Le verre dans le bâtiment »

4.1           Le Comité Technique « Vitrerie »

 

Sensible à l’utilisation croissante des produits verriers dans le bâtiment, le Comité Technique ‘Vitrerie’ du CSTC suit de près l’évolution constante des matériaux, des technologies et des techniques de mise en œuvre. Institué depuis les origines du Centre, il est composé de différents acteurs actifs dans le secteur du verre (entreprises de vitrerie, fabricants et transformateurs de verre, membres de la Fédération Nationale des Entrepreneurs de Vitrage et de la Fédération de l’Industrie du Verre, représentants de bureaux d’études et de contrôle, professeurs d’Université, ....) qui connaissent, du fait de leur position, les besoins techniques et les problèmes posés par les matériaux et les techniques de mise en œuvre. Le Comité Technique ‘Vitrerie’ joue un rôle essentiel dans le choix des études et projets de recherche relatifs au verre entrepris au CSTC. Il veille à garantir une adéquation aussi étroite que possible entre la recherche et les besoins quotidiens du secteur. Sur le plan de la diffusion de l’information vers les membres, l’action du Comité Technique est également prépondérante (publications, NIT, présentations, …).

 

 

4.2           La Guidance Technologique wallonne « Le Verre dans le bâtiment »

 

Le groupe cible de la guidance technologique wallonne « le verre dans le bâtiment » est constitué presque exclusivement de PME de moins de 50 personnes ou de TPE dont l’activité principale est la pose et le remplacement de vitrages. Seul un groupe restreint d’entrepreneurs en vitrerie wallons est actuellement, en mesure de réaliser des travaux de grande envergure mettant en œuvre du verre à hautes performances (que ce soit pour des applications de type « vitrage » ou de type « structure ») et exigeant souvent, de surcroît, un outillage spécialisé. C’est donc dans ce contexte que la nécessité d’un service de guidance technologique proposant des démarches à la mesure de l’entreprise s’est rapidement manifestée.

Pour poster un commentaire, n'oubliez pas de vous connecter

Actualités

pave-rapport de veille femme construction

Suivez notre magazine Flipboard

Je m'abonne à la newsletter

Rapports de veille

pave-construction-durable-frasnes-forem

paroles d'e-veilleurs

Restez au courant, c'est pas demain la veille