connexion

Veilleconstruction.be

Vous êtes ici : Accueil // Divers // Lean Six Sigma construction : optimiser les coûts, la qualité, la sécurité et les délais en mode collaboratif (2/2)

Lean Six Sigma construction : optimiser les coûts, la qualité, la sécurité et les délais en mode collaboratif (2/2)

La construction aujourd’hui - État de santé

Les études récentes menées en France montrent qu'aujourd'hui, 80% des chantiers sont livrés en retard par rapport au délai contractuel.

Ces retards exercent sans conteste une pression sur les délais d’exécution entraînant à leur suite la co-activité des corps de métiers, l’encombrement des lieux pour livrer et stocker, l’augmentation des déplacements, des mal faits à refaire et des accidents.

On estime que le coût moyen des non qualités avoisine les 15% du CA (malfaçons et reprises). 

On observe également, qu’actuellement, un chef de chantier est interrompu toutes les 6 minutes (soit 10x/heure), ce qui le force régulièrement à abandonner les tâches sur lesquelles il est occupé et à parfois les abandonner pour en commencer d’autres. Celles-ci finissent par s’accumuler et enferment le salarié dans une véritable machine infernale à stresser.

Un ouvrier de la construction parcourt en moyenne 6 à 7 kilomètres par jour ce qui correspond à 20% de son temps de travail. Le travail mal préparé consomme encore 30% de ce temps (outils inadéquats, mauvais composants, manque d’informations…) et ne permet pas de produire des résultats tangibles.

En France, le secteur de la construction occupe 8,6% des salariés inscrits au régime général de la sécurité sociale. Il génère à lui tout seul 18% des accidents avec arrêts de travail, 20% des accidents avec incapacité permanente et 22% des accidents mortels.
On estime les coûts directs et indirects pour les entreprises à 5% en moyenne du budget total d’un chantier.

Le Lean Six Sigma construction et ses détracteurs

Au vu des chiffres ci-dessus, il est aisé d’imaginer que le changement est indispensable dans le secteur de la construction. Le Lean Six Sigma permet cette mutation et malgré cela le secteur très conservateur de la construction continue de résister à la démarche.

Dans les principales objections opposées on retrouve :

Le Lean Six Sigma, c’est réservé au secteur automobile.

Le Lean n’a pas été créé pour l’industrie automobile mais bien par l’industrie automobile qui l’a diffusé chez ses fournisseurs et chez les fournisseurs de ses fournisseurs. 

Aujourd’hui nombre d’entreprises du tertiaire ont adopté le Lean qui l’ont adapté à leur activité. Le lean n’est donc ni une affaire d’automobile ni même une affaire d’industrie.

Le secteur de la construction ne produit pas à la chaîne, chaque réalisation est unique.

Peut-être mais chaque entreprise de construction met en œuvre des processus qu’elle répète sur chaque réalisation.

C’est un truc pour les USA.

Le Lean Six Sigma est avant tout le résultat de la rencontre entre l’Extrême-Orient et l’Occident et tous les pays d’Europe ont participé à cette rencontre.

On peut toutefois admettre que l’on ne construit pas de la même manière en Italie qu’en Norvège. Et si l’on va plus loin, chaque projet de construction est unique. Loin d’être figée, la démarche Lean Six Sigma est flexible et est capable de s’adapter à chaque situation.

Objectif du Lean Six Sigma Construction

Atteindre la performance globale en lieu et place de la performance individuelle. C’est à dire envisager le projet de construction non plus comme une série d’étapes où chacun fait sa part de travail sans tenir compte de qui a fait quoi avant ou qui fera quoi après; mais bien comme un ensemble indissociable dans lequel chacun des intervenants (maître de l’ouvrage, architecte, bureau d’études, entreprises générales, sous-traitants, fournisseurs…) sera impliqué le plus tôt possible afin de distinguer non plus ce qui « devrait être fait » mais bien ce qui « sera fait ». S’inscrire dans la spirale vertueuse de la performance quand les autres ont choisi la spirale “tout va de mal en pis”

3 principes :

  1. S’organiser au départ du délai client.
  2. Éliminer tout ce qui n’a pas valeur pour le client.
  3. L’amélioration continue, synonyme de progrès par l'implication de tous les intervenants.

5 grandes Idées :

  1. Collaborer vraiment.
  2. Augmenter les relations entre tous les acteurs du projet
  3. Les projets sont des réseaux d’engagement et non plus des arènes de performances individuelles.
  4. Le projet est une fresque et non plus un puzzle, optimiser de manière globale et plus par morceaux.
  5. Coupler l’action avec l’apprentissage ou comment s’améliorer continuellement.

Implémenter le Lean au chantier

L’implémentation du lean au chantier est progressive. Le PPC (percentage of plan completed), qui permet de mesurer les engagements respectés d’une semaine à l’autre, est le premier indicateur de performance.

Les gains de performance (PPC) par l’implémentation des outils Lean se répartissent généralement comme suit :

  • Chantier “5S” : 15%
  • Last Planner© System : 15%
  • Microzoning : 10%
  • Préparation à J-1 : 5%
  • Cartes kanban : 10%
  • Takt Time : 5%

Les organisations qui misent sur une démarche Lean mesurent les effets après un an (en moyenne) :

  • Diminution des temps unitaires (T/U) : -15%
  • Diminution des arrêts maladies : -8%
  • Diminution de l’absentéisme : -5%
  • Diminution des délais globaux opérations : -15%
  • Diminution du stress : significatif

 

  • Augmentation de la marge opérationnelle : +20%
  • Augmentation du résultat avant impôt : +28%

Conclusion

Bien que le Lean construction soit tout récent en Europe, il constitue aujourd’hui une solution durable et écologique au sens large du terme pour le secteur du bâtiment. En 10 ans, les méthodes se sont formalisées et ont été largement éprouvées.

Une dimension nouvelle est donnée à la construction. Le temps est à présent à la qualité de conception, de mise en œuvre, de performance économique mais aussi de vie au travail. Une nouvelle manière d'appréhender le secteur dans laquelle tous les acteurs s’approprient leur travail, et ce, à tous les étages de la hiérarchie.

Avec le Lean, la récompense dépasse le bénéfice individuel au profit des progrès accomplis en mode collaboratif dans la plus stricte reconnaissance de chaque individualité.

 

Voilà à peine quelques semaines que la première formation en Lean Six Sigma vient de se terminer et nous sommes déjà sur la piste d’améliorations possibles pour la session suivante. Cette formation organisée en collaboration avec Lean Six Sigma Belgium, Coachémoi sprl et Fabrice Bronsart à l'initiative du Forem nous a, entre autres, ouvert les yeux sur la nécessité d’apporter quelques clarifications pour le grand public, ce qui nous l'espérons, a été fait au travers de cet article.

 

photo-de-Fabrice-BronsartFabrice Bronsart
Lean Six Sigma Belgium

Du même auteur : "Lean Six Sigma Construction (1/2)"

 

 

Sources
- “Six Sigma en pratique” - Rijk Schildmeier ,Paul Suijkerbuijk - Ed. Lean six sigma Company
- “Le Lean appliqué à la construction” - Patrick Dupin - Ed. Eyrolles
- “Lean Construction” - Fabien Font , Hervé Grua - Ed. Dunod

Source de la photo utilisée à titre d’illustration : pixabay.com (by TeroVesalainen - CC0 Public Domain - Libre pour usage commercial - Pas d'attribution requise). Son utilisation n'engage en rien l'auteur sur un soutien ou un entérinement éventuel du contenu de l'article.

 

Pour poster un commentaire, n'oubliez pas de vous connecter

Actualités

pave-rapport de veille femme construction

Suivez notre magazine Flipboard

Rapports de veille

pave-construction-durable-frasnes-forem

paroles d'e-veilleurs

Restez au courant, c'est pas demain la veille