connexion

Veilleconstruction.be

Vous êtes ici : Accueil // Filière Bois // Informations générales // Construction bois - Quel système constructif choisir ? (1/2)

Construction bois - Quel système constructif choisir ? (1/2)

FV530_poutres_boisLa construction bois rencontre un intérêt croissant auprès des particuliers, des entreprises et des services publics. Lors de son intervention au salon Bois & Habitat 2016, Nathalie Lebrun, Chargée de communication chez Stabilame, a rappelé les principaux systèmes constructifs pour les bâtiments bois. Une occasion de comparer leurs avantages respectifs, leurs éventuelles combinaisons.

 

Quels sont ces procédés constructifs ?

  •  madriers empilés
  • poteaux-poutres
  • ossature
  • CLT collé et cloué

Madriers empilés

Dans l’esprit collectif, ils évoquent les chalets. Les madriers s’entrecroisent à mi-bois avec des queues d’aronde. La finition intérieure, bois apparent, est simultanée à la construction du bâtiment, un gain de temps chantier et une solution financièrement  intéressante. Une couche de protection finale lui donnera un aspect bois naturel ou, Nouvelle Angleterre, s’il est peint. Ce système constructif, très simple d’apparence, n’en est pas moins contraignant à gérer parce qu’il manque de souplesse et, surtout, parce qu’il se tasse d’où un accompagnement nécessaire par le constructeur pour quelques réglages.

Poteaux-poutres

Le poteaux-poutres constitue le système constructif préféré des architectes car il permet d’ouvrir d’importants espaces intérieurs. Il est constitué d’une charpente autoportante à base, comme son nom l’indique, de poteaux et de poutres. Comme les murs porteurs ne sont pas nécessaires, le bâtiment peut évoluer au fil des années suivant les besoins, il suffit de déplacer les cloisons. A l’intérieur, plusieurs finitions sont possibles : laisser le bois apparent ou basculer vers une finition plus traditionnelle. Stabilame a fait le choix d’associer le poteaux-poutres à un remplissage des murs extérieurs en bois massif, système bien adapté pour les maisons très basse énergie voire passives.

Ossature

L’ossature se compose de cadres en chevrons assemblés entre eux. Ils forment un squelette qui s’élève niveau par niveau. Lorsque les murs sont en bois massif, l’isolation se fait par l’extérieur. Ici, elle trouve place à l’intérieur de l’ossature. Ce qui est un avantage pour l’épaisseur représente une faiblesse thermique (chevron) qui rend la gestion des murs plus complexe. Chez Stabilame, la tendance va vers un mixte entre poteaux-poutres et ossature pour améliorer la stabilité globale du bâtiment.

CLT

Depuis quelques années, le CLT (pour Cross Laminated Timber ) est un système constructif qui fait beaucoup parler de lui. Il est constitué de bois de charpente inversés et assemblés soit par collage, soit par clouage, chacune de ces versions ayant ses spécificités. Il se présente sous forme de panneaux monolithiques de grandes dimensions, très résistants. Tous les défonçages sont réalisés en atelier selon les plans de l’architecte : baies, percements techniques tels que hotte, ventilation, gaine, … En ossature bois, une habitation de 100 m² sur 2 niveaux peut se fermer entre 6 et 10 jours ouvrables. La rapidité de montage exemplaire du CLT permettrait, en conditions optimales, de gagner 2 jours de chantier.

-> Clouage  

Le clouage garantit des panneaux sains, exempts de tout produit chimique mais les clous restent visibles. Une finition rapportée est nécessaire (plaque de plâtre, parement, …) ce qui autorise l’une ou l’autre saignée sur chantier.

Les panneaux sont composés de planches rainurées de 3 mm au carré, repositionnées sur la planche inférieure qui est pleine. L’air emprisonné forme un isolant et améliore le lambda du bois.  

Le bois utilisé par Stabilame est indigène. Il provient des scieries wallonnes. Transformé en Wallonie son bilan carbone est excellent. En ce sens, il rejoint parfaitement les principes de ceux qui ont pour objectif un bâtiment entièrement écologique.

-> Collage

Même si les fabricants ont fait beaucoup d’effort ces 5 dernières années, l’assemblage par collage n’atteint pas le niveau d’innocuité du clouage. Mais les panneaux obtenus avec un assemblage par collage sont plus résistants. Ils sont utilisés tant pour les murs que pour les planchers, véritables hourdis bois aussi solides que des hourdis béton. Cette grande robustesse permet de monter sur plusieurs étages et il est devenu courant de réaliser des bâtiments de 8 niveaux en CLT. Ces panneaux peuvent être laissés apparents. Attention, cependant, que les défauts du bois restent visibles (nœuds, gerces, …). Certains préféreront alors le considérer comme semi-fini.

 

 

Ces cinq systèmes ont tous leurs avantages et leurs inconvénients. La solution la plus simple, c’est de travailler mono-système mais ce n’est peut-être pas la plus performante. Qu’en est-il de leur combinaison ?

 

A suivre : Construction bois – Combiner les systèmes constructifs ? (2/2) …

 

 

Source : « Stabilame : 5 systèmes constructifs, spécialités et mixités », Nathalie Lebrun (Stabilame) dans le cadre du colloque « Construction bois : culture de l’innovation technique » organisé par le Club C Durable lors du salon Bois & Habitat, 18/03/2016, Namur
Source de l’illustration : pixabay.com (CC0 Public Domain - Libre pour usage commercial - Pas d'attribution requise). Son utilisation n'engage en rien l'auteur sur un soutien ou un entérinement éventuel du contenu de l'article.

 

Pour poster un commentaire, n'oubliez pas de vous connecter

Actualités

pave-rapport de veille femme construction

Suivez notre magazine Flipboard

Je m'abonne à la newsletter

Rapports de veille

pave-construction-durable-frasnes-forem

paroles d'e-veilleurs

Restez au courant, c'est pas demain la veille