connexion

Veilleconstruction.be

Vous êtes ici : Accueil // Gros oeuvre // Coffrage - ferraillage // Vers une évolution du métier de coffreur-ferrailleur ?

Vers une évolution du métier de coffreur-ferrailleur ?

Le_Forem_coffreur_ferrailleur_formationMatexpo 2011 : Toute une série de stands sont dédiés aux coffreurs-ferrailleurs. 

Il ne s’agit pas d’un stand en particulier mais d’une impression d’ensemble : je suis frappé par la prépondérance croissante de la préfabrication... 

Je pressens une évolution du métier. 


Le coffreur-ferrailleur va-t-il quitter le chantier pour l’atelier
 ?

Voici un scénario qui me paraît tout à fait possible : 

  1. sur chantier, usage limité du coffrage traditionnel à des effets spéciaux/difficiles/originaux ou des réalisations de petite envergure ;
  2. toujours sur chantier, augmentation de l’utilisation d’éléments de coffrages préfabriqués et modulables ;
  3. mais surtout, fabrication d’un maximum d’éléments en usine.  

Il me semble qu’à l’avenir, le coffreur-ferrailleur, sur chantier, se consacrera à des éléments spécifiques, peu voire pas répétitifs, des pièces qu’il n’est pas possible de manipuler sur la route ou sur le chantier.
 

Le travail du coffreur-ferrailleur sera-t-il différent pour autant ? 

Oui, le coffreur-ferrailleur de chantier devra avoir une connaissance parfaite de son métier. La productivité tout en restant importante cèdera la place à la maîtrise de techniques complexes et diverses : il sera un expert dans son domaine. 

Pour le coffreur-ferrailleur d’atelier, l’accent devrait porter d’avantage sur la rapidité d’exécution. Il deviendra un homme d’organisation et de rendement. En atelier, le coffreur-ferrailleur risque d’être confronté à une activité plus répétitive dans des chaînes de fabrication. Ce qu’il perd en diversité, il le gagne en confort de travail et sécurité. Il n’est plus aussi soumis à d’aussi rudes conditions climatiques et à un environnement de travail en perpétuel changement présentant parfois des risques élevés. 

La préfabrication, quant à elle, génère deux phases de travail bien distinctes qui requièrent des compétences différentes que l’on peut résumer comme suit :  

  • la (pré)fabrication = atelier -> coffrage + ferraillage + bétonnage
  • l’assemblage = chantier -> manutention 


Il me paraît important, en matière de veille, de suivre l’évolution dans cette possible dualité du métier. Si la formation de base est identique pour ces 2 facettes de ce même métier, il pourrait s’avérer nécessaire de développer ultérieurement des modules optionnels de spécialisation. 

Incidence/attendu en matière d’offre de formation : information aux stagiaires 


Source : Suivi d’une visite au salon Matexpo 2011 à Courtrai le 09/09/2011

Pour poster un commentaire, n'oubliez pas de vous connecter

Actualités

pave-rapport de veille femme construction

Suivez notre magazine Flipboard

Je m'abonne à la newsletter

Rapports de veille

pave-construction-durable-frasnes-forem

paroles d'e-veilleurs

Restez au courant, c'est pas demain la veille