connexion

Veilleconstruction.be

Vous êtes ici : Accueil // Gros oeuvre // Couverture - zinguerie - étanchéité // Dégradation du contreplaqué appliqué en toiture

Dégradation du contreplaqué appliqué en toiture

Depuis quelque temps, la division Avis techniques du CSTC est régulièrement contactée au sujet de dégâts constatés sur des panneaux en contreplaqué appliqués en toiture (décollement des rives d’une toiture plate, développement de moisissures sur la partie inférieure d’un auvent, dégradation du support d’un chéneau…). Les dégâts de ce type sont souvent imputables à un matériau mal choisi ou à un panneau dont les performances diffèrent de celles annoncées par le fabricant ou le distributeur en corrélation avec l’humidification attendue.

La classe de collage du contreplaqué utilisé est déterminée, dans un premier temps, par l’humidification attendue, autrement dit par la classe de service (voir Les Dossiers du CSTC 2015/2.20). Les diverses classes de service sont définies dans la norme NBN EN 1995-1-1.

Bien que l’article précité parte de l’hypothèse que le support d’une toiture plate chaude relève de la classe de service 1 (applications dans un milieu intérieur sec), il est impossible de garantir que les panneaux resteront secs durant la mise en œuvre. Par conséquent, il est préférable de considérer que la classe de service pour ce type d’applications est la classe 2.

Consulter l'article.

 

Pour poster un commentaire, n'oubliez pas de vous connecter

Actualités

pave-rapport de veille femme construction

Suivez notre magazine Flipboard

Je m'abonne à la newsletter

Rapports de veille

pave-construction-durable-frasnes-forem

paroles d'e-veilleurs

Restez au courant, c'est pas demain la veille