connexion

Veilleconstruction.be

Vous êtes ici : Accueil // Législations - réglementations // Quelle est la situation par rapport à l'enregistrement des présences ? Le Construbadge

Quelle est la situation par rapport à l'enregistrement des présences ? Le Construbadge

La nouvelle version de la législation sur l'enregistrement électronique des présences sur les chantiers a été publiée fin décembre au Moniteur Belge. Pour l'instant, le gouvernement garde la date du 1er avril 2014 comme celle à partir de laquelle l'enregistrement des présences deviendra obligatoire sur les chantiers ayant une valeur de 800.000€ ou plus. Il n'est cependant pas encore sûr que ce timing pourra être respecté.

 

L'ONSS a travaillé sur différents canaux qui pourront être utilisés en parallèle pour envoyer les données d'enregistrements. Outre l'application Internet sur PC ou l'application mobile disponible sur smartphone, les entreprises pourront sans doute également transférer leurs enregistrements via d'autres logiciels comme les systèmes de track-and-trace, de contrôle d'accès ou les outils de planification.

La Confédération Construction continue entretemps à développer un moyen d'identification visuel (qui porte le nom de Construbadge) pour toute personne travaillant sur chantier. Elle s'efforce d'obtenir que ce badge puisse être reconnu et utilisé comme moyen d'enregistrement officiel. Cette carte électronique offre l'avantage qu'elle peut servir aussi bien pour l'enregistrement que pour de nombreuses autres applications (comme passeport de formation ou comme badge d'accès par exemple). Le 15 janvier, la Confédération a d'ailleurs organisé une réunion avec les différents fournisseurs de systèmes électroniques afin de parfaire le développement du Construbadge.

.

Pour poster un commentaire, n'oubliez pas de vous connecter

Actualités

pave-rapport de veille femme construction

Suivez notre magazine Flipboard

Je m'abonne à la newsletter

Rapports de veille

pave-construction-durable-frasnes-forem

paroles d'e-veilleurs

Restez au courant, c'est pas demain la veille