connexion

Veilleconstruction.be

Vous êtes ici : Accueil // Parachèvement // Peinture du bâtiment - pose de revêtements // Emissions COV des peintures – Comment les évaluer rapidement ? (2/2)

Emissions COV des peintures – Comment les évaluer rapidement ? (2/2)

COV_Box_du_CoRIDans un processus de développement, les fabricants de peinture ont besoin d’évaluer l’émission de leurs produits, rapidement et à moindre coût. La mesure ne doit pas être très précise puisque la loi autorise 20 % d’erreur. Mais appliquer la méthode légale est long et cher. Le CoRI a relevé le challenge et développé un équipement sur mesure, la

« VOC Box ».

La VOC Box est une boîte de 15 dm³, transportable et qui se ferme hermétiquement. Elle est constituée d’un élément de détection (un simple capteur à photo-ionisation - PID), un ventilateur pour une bonne répartition de l’air et d’un réceptacle pour y déposer l’échantillon.

Le choix s’est porté sur le capteur PID car son fonctionnement est très bien connu et maîtrisé  dans le domaine industriel.

L’hypothèse de travail

Olivier Dupuis, Innovation Manager, et son équipe se sont basés sur deux principes fondamentaux pour prédire en moins d’une heure le niveau d’émission de la peinture.

  • La loi de Lavoisier : ce que la peinture émet au bout de 28 jours fait partie de ses composants;
  • La loi de Weber-Fechner : la mesure d’un stimuli en fonction de son intensité suit toujours une loi logarithmique.

Ils ont émis l’hypothèse que, selon ces deux principes, toutes les peintures d’une même catégorie ont un comportement similaire.

classes_COV_A_B_C_D

Plusieurs fabricants de peinture ont fourni au CoRI des échantillons de peintures dont certaines avaient déjà été testées par de laboratoires extérieurs. Les résultats des tests ont pu être comparés et la méthode validée. La VOC Box a permis de classifier les peintures en phase aqueuse selon les niveaux d’émission pour la loi française avec un taux de succès de 99% ! Les seules erreurs commises par l’appareil interviennent lorsque les résultats sont à la limite entre A et B.

Comment se passe le test ?

La peinture est appliquée sur une plaque, en fonction du rendement annoncé par le fabricant. Pendant que la peinture sèche (+/- 30 minutes), la VOC Box est initialisée. Ses paramètres sont remis à zéro en fonction de l’air ambiant. Disposer d’air purifié ou climatisé n’est pas nécessaire. L’échantillon est inséré dans la boite. La mesure est lancée. 20 minutes plus tard, le résultat s’affiche sous forme d’une courbe logarithmique.  

En analysant mathématiquement le comportement de cette courbe, l’utilisateur est capable de prédire le niveau d’émission de la peinture.

Autre avantage

La loi prévoit des scenarii différents suivant que la peinture s’applique sur le sol, le mur avec des surfaces d’échantillon qui peuvent devenir importantes. Avec cette VOC Box , seul un petit échantillon suffit tant pour le sol, le mur et bientôt les fenêtres. Le logiciel indique suivant les paramètres sélectionnés, la surface à couvrir.

Dans le futur

comparatif_avantages_inconvenients_actuels_COV_BOX_du_CoRIActuellement, le système n’est pas standardisé.
Il  ne prend en compte que les COV totaux et est semi-quantitatif.
Le modèle mathématique doit être étendu aux peintures solvantées.

Il n’en reste pas moins que ce système prédictif est rapide, facile à utiliser,  transportable et à faible coût.
Le produit, présenté au Gouvernement fédéral, a reçu un accueil favorable. Dans le cadre d’un programme de 2 ans, le CoRI va travailler en partenariat avec le CSTC pour standardiser la boîte et l’adapter aux lois belge et allemande en prenant en compte les LCI.

L’intérêt est double :

  • pouvoir fournir aux entreprises un système de test simple et peu onéreux pour ne pas mettre leur marché en péril ;
  • fournir aux contrôleurs de l’Etat un système simple et transportable pour vérifier très rapidement et à moindre coût si le fabricant de peinture respecte les lois en vigueur.

 

 

 


Source : «  Nouvel outil prédictif, rapide et simple pour l’évaluation des émissions de composés organiques volatils (COV) des peintures intérieures », Olivier Dupuis (CoRI), Journée thématique « Traitements de surface dans l’habitat, réalisations nouvelles et rénovations » , SUREMAT, 26/11/15, Limelette
Source des illustrations : présentation de Monsieur Olivier Dupuis, ibid. (avec son aimable autorisation)

 

Pour poster un commentaire, n'oubliez pas de vous connecter

Actualités

pave-rapport de veille femme construction

Suivez notre magazine Flipboard

Je m'abonne à la newsletter

Rapports de veille

pave-construction-durable-frasnes-forem

paroles d'e-veilleurs

Restez au courant, c'est pas demain la veille