connexion

Veilleconstruction.be

Vous êtes ici : Accueil // Qualité du bâtiment // Toutes thématiques // Pollutions intérieures 4 – Et les produits de remplacement ?

Pollutions intérieures 4 – Et les produits de remplacement ?

bandeau_bleu_separation_texte

Help_Icon_by_ArocheFormaldéhyde remplacé par des isocyanates, solvants traditionnels remplacés par des éthers de glycol et  du limonène. Ah, oui, justement ! Les effets des isocyanates ne sont pas très bien connus. Les limonènes font partie des terpènes. Ils sont actuellement au cœur de discussions sur le potentiel cancérigène ...

Alors la substitution, un bien ou un mal ?

 Au départ, était le pyrèthre, un biocide naturel extrait à partir de fleurs de chrysanthèmes. Il est biodégradable : aucune accumulation à l’intérieur des organismes. Mais son efficacité disparaît rapidement sous l’effet du rayonnement ultra-violet du soleil . Les chimistes se mettent à l’ouvrage : voici le super biocide de synthèse, perméthrine, superméthrine, ...  L’instabilité du pyrèthre a été contrée en ajoutant du chlore. Ce pyréthrinoïde synthétique présente le grand avantage  d’être stable et persistant.

Il ne se dégrade plus dans la nature, l’organisme n’est plus capable de l’éliminer. Poison nerveux, liposoluble, il s’accumule dans les graisses. Et Monsieur Baden nous rappelle que les graisses,  ce ne sont pas seulement les tissus adipeux, c’est aussi le cerveau qui est constitué de 10% de cellules grises (les nerfs) et de 90% de matière blanche, de la graisse, justement !

Un grand avantage, vraiment ? Dans ses analyses, il constate que la présence de perméthrine et sa concentration sont en hausse continuelle.

Beaucoup de produits et de matériaux sont contaminés par les biocides : meubles (en bois, en tissu, en cuir), charpentes, poutres, portes et fenêtres, moquettes, parquets, ...

Ralph_Baden_types_produits_contamination_biocides 
Les substances reconnues comme toxiques sont écartés mais ils sont aussitôt remplacées  par d’autres dont on discute encore de la toxicité et/ou du pouvoir cancérogène. Dans la plupart des cas, ces substitutions sont vouées à l’échec. Il faut pourtant savoir qu’il existe aussi des produits/matériaux sains ... des alternatives à zéro risque.  

Dans les bâtiments récents, on fait attention pourtant, non ?

A suivre …

 

Source : Cette série d’articles est tirée de la présentation « La qualité de l’air intérieur : impacts sur la santé, résultats d’analyses, sources de contamination, prévention », Ralph Baden, Ingénieur spécialisé en matériaux, Ministère de la Santé (Grand-Duché de Luxembourg) lors de la journée de conférences organisée par le Cluster Eco-Construction et ses partenaires du projet européen Interreg IV BatiD2 sur le thème «  Santé & habitat : quelles implications pour les professionnels du bâtiment ? », le 23/10/2014 à Namur dans le cadre du salon Energie & Habitat 2014.
Source de l’illustration en introduction : « Help Icon » by Aroche, Iconset : Delta Icons,  License : CC Attribution-Noncommercial-No Derivate 4.0, Commercial usage : Not allowed, iconarchive.com. Son utilisation n’engage en rien l’auteur sur un soutien ou un entérinement éventuel du contenu de l’article.
Source du tableau : © Ralph Baden

.

Pour poster un commentaire, n'oubliez pas de vous connecter

Actualités

pave-rapport de veille femme construction

Suivez notre magazine Flipboard

Je m'abonne à la newsletter

Rapports de veille

pave-construction-durable-frasnes-forem

paroles d'e-veilleurs

Restez au courant, c'est pas demain la veille