connexion

Veilleconstruction.be

Vous êtes ici : Accueil // Sécurité - santé // 28 avril, journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail

28 avril, journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail

 

SECURITE, SANTE et TRAVAIL... des mots qui, parfois, ne font pas bon ménage. Une journée mondiale de sensibilisation et de promotion "d'une culture de la sécurité et de santé au travail" n'est donc sans doute pas vaine. En effet, au niveau mondial, ce sont 2,2 millions de travailleurs, soit 5.000 personnes par jour, tous secteurs confondus, qui meurent chaque année à la suite d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle.

 

Selon le Bureau International du Travail (BIT) et l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le risque de maladie professionnelle serait le plus grand danger auquel seraient exposés les travailleurs sur leur lieu de travail. En effet, ces maladies tuent 1,7 millions de personnes par an, soit 4 fois plus que les accidents du travail.

Néanmoins, toutes les maladies et accidents ne sont pas mortels. Selon les dernières estimations du BIT, il se produit chaque année près de 268 millions d'accidents du travail non mortels qui ont pour conséquence au moins 3 jours consécutifs de congé. Sans oublier les 160 millions de nouveaux cas de maladies professionnelles qui sont enregistrés chaque année.

Mais tous les pays ne sont pas égaux face aux risques. Il semblerait que ce sont les pays qui connaissent une industrialisation rapide qui endurent la majeure partie des accidents du travail. Ainsi, dans certains pays d'Amérique Latine et d'Asie, qui connaissent un développement rapide, les accidents sont en nette progression. Au Brésil et au Mexique, pour ne citer que ces deux pays, c'est l'augmentation des effectifs du secteur du bâtiment et le développement de ce secteur qui auraient déclenché une forte élévation du nombre d'accidents mortels.

Autres causes de décès ou d'incapacité: les maladies professionnelles. Certes leurs conséquences peuvent varier considérablement mais elles sont nombreuses: "cancers provoqués par une exposition répétée à des substances dangereuses, affections musculo-squelettiques, maladies respiratoires, perte de l'audition, maladies circulatoires, maladies contagieuses causées par une exposition à des agents pathogènes, et bien d'autres encore. Ainsi, dans beaucoup de pays industrialisés où le nombre des décès causés par un accident du travail a diminué, le nombre des décès causés par une maladie professionnelle, est lui, au contraire, en augmentation".

Et le secteur du bâtiment est un des principaux secteurs touchés. Chaque année, dans le monde, plus de 60.000 accidents du travail mortels surviennent dans le secteur du bâtiment. Soit un décès toutes les 10 minutes. Ce secteur étant, à lui seul, responsable de 1/6ème des accidents, tous secteurs confondus, sans oublier les risques pour la santé auxquels sont exposés ceux qui y travaillent, comme l'exposition aux poussières d'amiante, à la silice et aux substances chimiques dangereuses.

En Belgique, selon le Rapport statistique des accidents de travail du secteur privé, publié en 2014 par le Fonds des Accidents du Travail (FAT), ou encore la Fiche sectorielle Construction, également publiée par le FAT en février 2015, ce sont 16.323 accidents qui se sont produits dans le secteur de la construction en 2013 (derniers chiffres validés). Parmi ces accidents, 22 ont entraîné un décès, 2.110 une incapacité permanente et 8.942 une incapacité temporaire.

Mais même si ces chiffres sont impressionnants, il ne faut pas occulter le fait qu'ils sont en nette diminution depuis 2009 (19.959 accidents en 2009 contre 16.323 en 2013) et que leurs taux de fréquence et de gravité sont également en baisse constante.

Et puisqu'un homme (et une femme bien sûr) averti en vaut deux, voici les 6 causes les plus importantes d'accidents entraînant le décès ou une incapacité permanente : 1. chute de personne (de hauteur) - 2. glissade ou trébuchement avec chute de personne (de plain-pied) - 3. chute ou effondrement d'agent matériel (tombant sur la victime) - 4. mouvements non coordonnés, gestes intempestifs ou inopportuns - 5. perte totale ou partielle de contrôle d'outil à main (motorisé ou non) ainsi que de la matière travaillée par l'outil - 6. perte totale ou partielle de contrôle d'objet (porté, déplacé, manipulé, etc.).

Pour en savoir plus:

http://www.un.org/fr/events/safeworkday/

http://www.ilo.org/safework/events/safeday/lang--fr/index.htm

http://www.fat.fgov.be/fr

 

 

 

 

 

 

Pour poster un commentaire, n'oubliez pas de vous connecter

Actualités

pave-rapport de veille femme construction

Suivez notre magazine Flipboard

Je m'abonne à la newsletter

Rapports de veille

pave-construction-durable-frasnes-forem

paroles d'e-veilleurs

Restez au courant, c'est pas demain la veille