connexion

Veilleconstruction.be

Vous êtes ici : Accueil // Sécurité - santé // Monsieur Sécurité, pourquoi préfère-t-on voir ses talons que ses pointes ?

Monsieur Sécurité, pourquoi préfère-t-on voir ses talons que ses pointes ?

Le principal écueil que l’on rencontre face aux préoccupations liées à la sécurité est une espèce de dialogue de sourds que l’on pourrait caricaturer par un dialogue fictif:


Monsieur Sécurité: « Chef, je vais vous envoyer un mail, dans telle salle à l’étage, il faudrait selon la norme XYZ prévoir une issue de secours extérieure… »
Le Chef : « Quoi ? Combien cela va-t-il couter ? »
Monsieur Sécurité : « M’en fiche, moi, je vous aurai prévenu et si les pompiers ceci et si un sinistre cela… »

Monsieur Sécurité repart grognon avec le sentiment de n’avoir pas été entendu, Monsieur le Chef a du mal à passer à autre chose…

Monsieur sécurité de retour à son bureau rédige un mail (avec accusé)… Suite à notre entretien, je vous informe que réglementairement la salle 107 devrait être dotée, selon la norme XYZ d’un escalier de secours extérieur… Print, classement vertical…

Bon, l’histoire ne dira pas ce qu’il adviendra de cet escalier… La caricature a été un peu forcée, mais ne connaissons-nous pas tous ce genre de situation ?

Grande perdante de cette dynamique : la sécurité… vient ensuite le sommeil du chef et les aigreurs stomacales de Monsieur Sécurité…

[...]

C’est sur base de ces constats que différents organismes

(Universités, Médecine du Travail, Centres de prévention…) se sont unis pour développer la Méthode SOBANE-DEPARIS

La méthode « mère » a été développée en 2005 mais elle est régulièrement « personnalisée » pour différents secteurs (les centre sportifs, les crèches, les restaurants, les labos,… et bien sûr, la construction…). Ces documents sont téléchargeables sur le site

http://www.sobane.be/fr/deparis.html

Pourquoi cette méthode est-elle réellement innovante en matière de sécurité ?

SOBANE signifie : Screening (dépistage) – Observation – Analyse – Expertise

DEPARIS : DEpistage PARticipatif des RISques

Cette méthode permet de libérer la parole des travailleurs, met à l’aise les responsables, favorise la prise en main de la sécurité par l’ensemble des acteurs… Avouez, ce n'est quand même pas mal…

En résumé (et de façon très simplifiée), comment fonctionne cette méthode ?… Dans un premier temps, une réunion de dépistage des problèmes relatifs à la sécurité est tenue avec l’ensemble des travailleurs (on élabore ainsi une espèce d’arbre à problèmes), tous les aspects sont visités (Sécurité, Santé, Bien-être au travail)… Spontanément, à ce stade, une majorité de problèmes trouveront une « solution ». Dans la majorité des cas, la solution ne comporte pas de coût ou un coût très faible et peut être mise en œuvre immédiatement !

Petit exemple issu d’une conférence « Sobane-Deparis »

« dans une entreprise, un coordinateur sécurité a voulu savoir pourquoi une porte coupe-feu était systématique laissée ouverte, en effet,  elle était régulièrement bloquée à l’aide d’une caisse. Plusieurs fois le coordinateur avait poussé la caisse du pied et plusieurs fois, elle était revenue à sa place initiale… Il s’est rendu compte en posant des questions que c’était pour laisser passer un transpalette… Or ce n’était pas le trajet « normal » que devait faire ce transpalette… Le travailleur est interrogé : « si je dois passer par le hall, la nouvelle armoire est dans le chemin et c’est tout juste pour passer, je n’ai pas envie de me la ramasser… »… L’armoire fut déplacée de 50 centimètres vers la gauche, le problème était résolu et la porte coupe-feu fermée… »

Mais revenons à notre exercice…

Cette méthode permet, à travers l’écoute des principaux concernés (les travailleurs) de résoudre une majorité des problèmes sans dépense ou presque. De lister les éléments afin de planifier la mise en œuvre des « solutions » à court, moyen et long terme. Et d’identifier, enfin, les éventuels « gros points noirs » qui devraient recevoir une attention particulière et une analyse plus fine (notre escalier de secours).

En fait, il y a 4 niveaux d’analyse :

  1. première discussion – solution trouvée
  2. réunion thématique sur les éléments qui n’auront pas trouvé de solution en « séance plénière » et qui nécessitent une observation plus attentive
  3. pour les éléments sans solution au niveau 2 ou présentant un risque grave = analyse par un professionnel de la sécurité
  4. exceptionnellement : avis d’un expert.

Les travailleurs sont contents : leur parole a été prise en compte et est à l’origine de modifications concrètes. Le Patron est content, il peut dire que son entreprise s’inscrit réellement dans une démarche responsable. Et notre Coordinateur Sécurité, est respecté et consulté dans son entreprise…

Bien sûr, l’application de la méthode SOBANE-DEPARIS nécessite le soutien plein et entier de la direction (ce qui s’obtient aisément une fois les appréhensions de départ levées) et offre l’avantage, en donnant la parole aux travailleurs, d’extraire les problématiques liées à la sécurité du « discours de spécialistes » pour en faire l’affaire de tous.

Bref un véritable outil qui mérite que l’on s’y attarde…

Pour poster un commentaire, n'oubliez pas de vous connecter

Actualités

pave-rapport de veille femme construction

Suivez notre magazine Flipboard

Je m'abonne à la newsletter

Rapports de veille

pave-construction-durable-frasnes-forem

paroles d'e-veilleurs

Restez au courant, c'est pas demain la veille