Imprimer
Affichages : 138

Coller le vitrage dans le profilé présente certains avantages; cela permet notamment un meilleur équerrage et la réalisation d’ouvrants cachés. Mais cette méthode offre-t-elle également la possibilité de renforcer la résistance des angles ? 

Problématique due à l’évolution des exigences

L’évolution des exigences en matière de transparence, de luminosité et de performances thermiques a un impact sur la résistance des profilés des menuiseries extérieures. En effet, pour satisfaire à ces exigences, la partie visible (et donc la section utile) des profilés est réduite. Par ailleurs, ces derniers sont réalisés à partir d’espèces de bois moins denses et peuvent également être ajourés ou mixtes (bois-aluminium, bois-isolant, …), ce qui peut générer des fragilités au niveau des angles. Dès lors, il est possible que les assemblages d’angles traditionnels (tenons-mortaises, micro-entures, …) ne satisfassent pas aux exigences requises (voir Les Dossiers du CSTC 2009/4.9).

 

Solution envisageable

En fonction de la technique d’assemblage utilisée, de la configuration de la menuiserie et des matériaux mis en œuvre, diverses techniques permettent d’accroître la résistance mécanique des angles.

L’une de ces techniques consiste à coller le vitrage dans l’ouvrant, ce qui est particulièrement intéressant pour pallier la diminution de la résistance des profilés évoquée ci-dessus et pour réaliser des ouvrants cachés, par exemple. Cette technique permet également de caler le vitrage et de régler l’ouvrant en atelier, ce qui entraîne un gain de temps lors de la mise en œuvre sur chantier. Néanmoins, il est impératif de respecter les règles d’application en matière de pose du vitrage et de drainage de la feuillure (voir NIT 221).

 

Essais réalisés par le CSTC

Le CSTC a effectué de premiers essais comparatifs concernant la résistance des angles en tenant compte du vitrage. Ces essais ont été menés selon la procédure décrite dans les Spécifications techniques STS 52.1, sur des angles de dimensions conformes à celles-ci. Un vitrage carré couvrant l’ensemble de la surface intérieure de l’angle a été monté.

Ces essais, réalisés à l’état neuf, ont mis en évidence une amélioration significative de la résistance des angles – de l’ordre de trois à quatre fois la valeur obtenue sans la présence du vitrage.

Consulter l'article.