Veilleconstruction.be

  • Géostructures thermiques

    CSTC-echangeur-de-chaleur-avec-conduite-en-forme-de-u-fixe-dans-une-cage-d-armature

    Les géostructures énergétiques ou thermiques sont des éléments de fondation dans lesquels sont intégrés des échangeurs de chaleur. Ces géostructures peuvent constituer une source d’énergie géothermique relativement peu coûteuse. De plus, se situant généralement sous le bâtiment, elles apportent également une solution en cas de forages verticaux profonds difficiles ou impossibles à effectuer (accessibilité limitée, restrictions de forage). Cet article traite en détail de ces systèmes, des défis qu’ils présentent et des points auxquels il faut prêter attention lors de leur mise en œuvre.

  • La géothermie, une alternative renouvelable pleine de promesses ?

    wikipedia_geothermal_powerstationEn matière d’énergies renouvelables, la géothermie est une technique attrayante pour une solution collective. La production est continue, elle n’est pas soumise aux aléas climatiques comme l’éolien et le solaire. Connue et exploitée depuis très longtemps, elle profite d’un regain d’intérêt et fait l’objet de développements technologiques.

    La Wallonie aussi y a recourt. Dans le Borinage, plus particulièrement à Saint-Ghislain, des puits sont en activité depuis 1985 pour alimenter du chauffage urbain. Alors, quoi de neuf ?

  • La géothermie, une technologie à risque ?

    forage_geothermique_Allemagne_by_Richard_BartzEn ces temps de recherche active de sources d’énergie renouvelable, la géothermie se classe en bonne position. Les projets sont nombreux en France, en Allemagne, au Danemark,... certains déjà opérationnels, d’autres toujours en projet, plus ou moins avancés. La géothermie représente un beau potentiel énergétique pour la production de chaleur ou d’électricité. En 2012, un article présentait les installations et projets hennuyers : « Le Hainaut n'est pas l'Islande? ».

    Mais est-elle pour autant sans risque ?

  • Le Hainaut n'est pas l'Islande?

    alt
    On pense fréquemment et à tort que le géothermique de basse (50-90°), moyenne (90°-150°) et haute température (plus de 150°) est l'apanage des pays où, suite à des bouleversements géologiques, existe une activité géothermique naturelle en surface (comme les geysers en Islande). La province du Hainaut, et singulièrement la région de Mons, fait oeuvre pionnière pour démontrer qu'il n'en est rien et ceci depuis la fin des années '70.

    © Atlas of Europe, Hermann Haak